↓ Télécharger l’aide-mémoire: https://bit.ly/2XJS6Cl

Dans cette dernière question de notre série  » ce que vous devez savoir – retour au bureau « , nous allons discuter de ce qu’il faut faire si un employé refuse de revenir au bureau pour travailler par crainte de contracter le COVID ?

En tant qu’experts en RH, nous suivons cette question de près et nous nous tournons vers nos pairs en droit du travail pour obtenir des conseils juridiques.

En vertu de la législation sur la santé et la sécurité, les employés ont le droit de refuser de travailler s’ils ont une conviction raisonnable que le lieu de travail constitue une menace pour leur santé et leur sécurité.

Cela dit, la crainte de contracter le COVID ne suffit pas à justifier le refus d’un employé de venir travailler. Il doit démontrer qu’il pense qu’il existe une menace directe pour sa santé et sa sécurité personnelles sur le lieu de travail.

Dans le cas où un employé exprime son refus de venir travailler au bureau, l’employeur doit immédiatement évaluer la situation pour déterminer si des modifications ou des aménagements pourraient être apportés. Examinez quelles autres mesures pourraient raisonnablement être étendues sans créer de précédent ou d’iniquité pour les autres employés. Par exemple, l’employé a-t-il besoin d’être au bureau tout court ?  Y a-t-il d’autres options qui pourraient être explorées ?

Cependant, si l’employé continue à refuser de revenir au bureau pour des raisons de santé et de sécurité qui pourraient légitimement augmenter le risque de contracter le COVID, cela pourrait justifier une enquête par un inspecteur du ministère, ce qui pourrait également entraîner des conséquences telles que la fermeture de l’entreprise ou des amendes.

Mais avant d’en arriver là, les employeurs doivent se demander comment soutenir avec empathie les préoccupations des employés tout en assurant la continuité des activités de l’entreprise.

Il existe de nombreuses façons pour un employeur d’essayer de soutenir les employés qui craignent de contracter le virus sans avoir à recourir à la discipline ou à modifier de façon déraisonnable le contexte de l’entreprise.

En tant qu’employeur, vous avez le choix. Vous pouvez être dur ou vous pouvez créer une opportunité où des adaptations raisonnables pourraient être envisagées.  Cela peut contribuer à éviter les plaintes et la peur.

  • Une bonne communication sur les normes de sécurité que l’employeur a mises en place aidera les employés à voir que la sécurité est une priorité.
  • La démonstration peut également se faire par une visite virtuelle du bureau, par exemple, avant le retour au travail.
  • Il est également utile d’accorder une place aux préoccupations. Comme nous l’avons vu dans notre vidéo précédente, le fait de donner aux employés un forum pour poser des questions et exprimer leurs préoccupations, et de répondre à ces préoccupations ou d’y donner suite, montre que vous êtes à l’écoute.
  • Nous l’avons déjà dit et nous le répétons : communiquez, communiquez, communiquez.

Comme toujours, nous vous proposons quelques articles intéressants qui abordent ce sujet. Liens ici :

Boreala Management est là pour vous aider à réfléchir à des politiques de retour au travail qui répondent aux besoins de votre organisation, alors n’hésitez pas à nous contacter pour plus de détails. Nous pouvons également vous orienter vers d’excellents conseils juridiques pour vous aider à résoudre les problèmes spécifiques qui peuvent survenir lors de la transition vers le retour des employés au bureau.

Consultez cet article si vous voulez plus d’informations sur les éléments à prendre en compte avant de ramener les employés au bureau.

Messages récents